écritureBien que l'habitude soit parfois difficile à installer, je tire beaucoup de satisfaction de l'exercice d'écriture libre que j'impose aux élèves lors du premier cours de la semaine. Les élèves auprès de qui je travaille éprouvent énormément de réticences à donner du sens à l'acte d'écrire, même dans ce qu'il peut avoir de plus évident : se souvenir de quelque chose, poser ses idées, communiquer un message à quelqu'un... C'est pourquoi l'accomapagnement de cet exercice est si complexe : comme l'écrit est destiné à rester intime, je ne peux pas agir directement sur ce qu'ils déposent sur le papier, mais si je les laisse sans guide, ils ont du mal à trouver seuls quel intérêt ils peuvent trouver à cette activité.

En fait, c'est ce que je dis dans la classe qui peut insuffler une réflexion susceptible d'ouvrir des espaces de réflexion et d'expression. Voici comment je parle aux élèves dans la classe pendant qu'ils écrivent :

- Déposez les idées qui vous viennent sans les juger. C'est en écrivant qu'on apprend à avoir des idées, à les formuler et à les ordonner. Tout ce que vous avez à écrire sera bien si ça vient de vous.

- Essayez de prêter attention au choix des mots. Regardez comment vous choisissez un mot plutôt qu'un autre. Pourquoi ? Est-ce une question de sens ? Est-ce pour ses sonorités ? Est-ce pour que qu'il vous évoque ?

- Relisez ce que vous avez déjà écrit. Regardez comme votre écriture s'est transformée. Qu'est-ce qui a changé depuis que vous avez commencé ce carnet ?

-Si vous bavardez, c'est que vous n'écrivez pas. L'écrit n'est pas une simple transposition de l'oral. On écrit ce qu'on ne dirait pas.

- Si vous pensez avoir terminé d'écrire, regardez ce que vous avez écrit et demandez-vous : Est-ce que ce que j'ai écrit reflète bien ma pensée ? Est-ce que ce que j'ai écrit est vrai ? Comment puis-je faire pour savoir que ce que j'écris est vrai ? C'est à partir du moment où on prend de la distance avec ce que l'on écrit qu'on commence à réfléchir. Les pensées sont des idées qui vous traversent presque malgré vous. Lorsque vous réfléchissez dessus, vous en devenez vraiment les auteurs. C'est comme ça que se forme l'esprit critique.

Ce carnet d'écriture, que je ne lirai jamais, doit être avant tout un espace d'expérimentation de ce que les exercices traditionnels du lycée considèrent comme acquis : la capacité de formuler un propos conscient de lui même, tant du point de vue de sa forme que de son objet. Avec l'écriture libre, je fais le pari que cette compétence peut se former si l'on donne aux élèves les conditions propices pour qu'ils manipulent leur pensée la plus spontanée.