CitationsCa m'est revenu ce matin, alors que je faisais du commentaire de texte en seconde. J'avais demandé aux élèves de rechercher un procédé de style qu'ils trouvaient intéressant de commenter dans un texte de Maupassant. Certains d'entre eux ont bien repéré et anlysé une antithèse tout à fait parlante pour l'expression de l'horreur dans une nouvelle fantastique.

En même temps que nous étions au travail, j'avais les yeux sur une série d'affiches que nous avions réalisées en début d'année. Une activité à laquelle j'avais pris plaisir et les élèves aussi, mais que j'avais un peu oubliée. J'avais demandé à chacun d'entre eux de choisir un texte qui lui plaisait dans la partie du manuel consacrée à l'argumentation, question que nous étions alors en train d'étudier. Puis je leur avais proposé de sélectionner dans ce texte une phrase ou une expression qui les frappait particulièrement, qui leur plaisait par la manière dont elle était formulée, et d'en faire une affiche inspirée des créations en lettrages manuscrit dont je leur avais montré un diaporama. Nous avions enfin affiché toutes les citations sur les murs de la classe et nous avions commenté les choix de présentation. Cela avait constitué notre première approche des procédés de style.

J'avais aimé cette approche intuitive de l'écriture littéraire. Au lieu de chercher à leur faire comprendre dès le début le fonctionnement linguistique des figures de style, j'avais plutôt travaillé sur leur sensibilité. Aujourd'hui que je vois cette sensibilité bien aiguisée, je me dis que j'ai bien fait.

Je regrette souvent que l'enseignement du français au  lycée soit trop intellectuel, trop dans le raisonnement, et pas assez dans le ressenti. J'ai conscience de parler de littérature à partir d'une expérience profondément sensible des textes, de leur musique, de la voix qui me parle au coeur, des images qui me font rêver, des mots qui m'émeuvent... Mes élèves n'ont, pour la plupart, manifestement pas cette expérience. Je crois parfois qu'ils sont plus facilement touchés par un moteur qu'ils étudient que par un texte que je leur tends. Je l'ai d'ailleurs constaté. J'aimerais que le travail attendu au  lycée soit plus orienté vers la formation de la sensibilité. A l'heure où de nouveaux programmes sont en cours d'élaboration, j'espère que cette aspiration sera partagée.